Deux coulent, trois flottent

DANSE DANS LA NATURE (Deux coulent, trois flottent) Création 2009-2010

 

Un trio de danse et un théâtre d’images.

L’eau comme inconnu profondeur inconscient

laisse les choses flotter ou couler

Sur cette fine feuille entre l’en haut

et l’en bas

S’invente une histoire surréelle et visuelle

Plateau sur l’eau trois figures balancent tanguent jouant entre elles

jouant avec les éléments jouant entre eux

l’équilibre

Il y a un monde dessous un monde du dessous

Qu’on ne voit pas

Qui ne se montre pas

A la surface quand même?..

Concept

Un trio mêlant danse et théâtre visuel se joue dans un contexte qui ne se veut rien d’autre que normal. Situé sur l’eau, un cadre surréaliste se construit, fort d’un caractère très visuel. Tel un rêve irréel, le spectacle dérive devant nous, tantôt en suivant le courant, tantôt en s’y heurtant violemment.

Un plateau mouvant, en fonction des mouvements. Nous devons utiliser nos poids respectifs pour garder l’équilibre. Un plateau inhabituel qui met les danseurs au défi, et requiert une recherche vers l’équilibre et la pesanteur.

Une relation triangulaire entre deux femmes et un homme. Une danse où la langue physique stigmatise la norme de la notion courante ‘partenaire(s) et relations’. Une quête des normes, des valeurs et des idéaux qui sont mis en relation et créent un équilibre.

La terre ferme sous les pieds du couple ordinaire se confronte au trio qui se balance sur un radeau dans l’eau. Le balancement est dérangé littéralement, par les différences de poids sur le radeau, ainsi qu’au figuré. Pourquoi cherchons-nous le bonheur sous une forme qui nous est sans cesse rappelée ?

Nous voulons donner une autre perspective, et mettre des points d’interrogation aux normes du quotidien, et dans les relations.

L’eau est comme les enfers ou comme le subconscient, un monde où se passent des choses invisibles ou qui ne remontent pas à la surface, ou bien …?

L’élément suggestif qu’est l’eau recèle nombre de propriétés et d’associations, comme le sens, l’infini, suivre le courant, l’informe, la transparence, la soif, la force, l’indomptable, la nécessité, la nourriture, la rupture, le lien, l’évaporation, la réciprocité, la retombée, etc.

Fluide comme l’eau, le thème ne se laisse pas facilement donner une forme.

C’est un champ électrique où les personnages ne cessent de rechercher des situations d’intimité, de distance, de compromis, de fusion et de conflit.

Photo: Delphine Bertrand

Equipe

Concept et chorégraphie: Satya Roosens

Danseurs: Mirte Courtens / Estelle Delcambre, Christophe Degelin, Satya Roosens

Artist visuel: Kurt Demey

Régisseur Technique: Jeronimo Garcia

Constructeur: Colin Kassies

Composition: Giovanni di Domenico

Conseil dramaturgique: Klaus Jürgen

Textile Designer: Rosalie Spruijt.

Résidences

Citron Jaune, Ilotopie France, avril 2010
Centre Provincial Dommelhof Belgique, avril, mai, juin 2010
Festival Le jardin des désirs Pays-Bas, juillet 2009
Festival International des Arts de la Rue Belgique, mai, juin, septembre 2009

Co-Productions, de soutien financier, sponsor et structure

Plus de photos sur:

Joris Hol

Jeanmichel Coubart

Share